wellcome // bienvenu // hola // olá

wellcome // bienvenu // hola // olá

we are more – act for culture in Europe

.
.
.
I'm very happy with your arrival! this virtual place is focused on the (so called) feminin and masculin voice's", by the Art's approach, and it is not a diary-blog. I wish you enjoy with pleasure and comments :-)
//
Je suis enchantée de votre visite! Remarquez que ce blog (n'est pas un blog-périodique), est construit autour des (désignés comme) voix et regards au féminin et au masculin à travers les contributions de l'Art. Il ne me reste que vous désirer deux toutes petites choses: qu'ayez plaisir ici et... qu'il soit partagé=comenté:-) avec moi.

//
!Hola! !estoy encantada con tu visita! mira una cosilla: este blog no es de edición diária ?vale?. Es un blog centrado en las (designadas como) voces y miradas en el femenino (y en el masculino), segundo las aportaciones de L'Arte. Mis votos de que disfrutes por acá y... de que puedas compartir conmigo ese placer :-).
.
.
.

musical's wellcomings / les bienvenues musicales / las bienvenidas musicales

Send me your sounds

16 July 2014

l'exploitation des bottines 3.


.

3.

parmi les voitures et les pas fatigués 
un tout petit mouvement
patient et silencieux
dénonce la brutalité des heures fonctionnaires.
un trou imprévisible un passage,
dirait on, interdit
impose la double responsabilité
de ces deux suspects citoyens.
un passage interdit qu’il faut détourner
si l’on veut continuer sa vie sa journée
tout ça du a l’absence de scrupules
et de sens du devoir de la part,
bien sûr, 
de ces deux citoyens douteux, homme et femme.
parmi la soumission et le désespoir
la vie fatiguée la journée la pauvreté
les couleurs se refont.
les couleurs tout défient
les pas, les voitures et les dos de douleur :
un tout petit mouvement unit ses corps.
l’absence de scrupules et de sens du devoir
patient et silencieux dirait on,
quand même amoureux.
les amants s'enlaçant nous alertent:
les 10 heures du jour n’existent que pour aimer
les 10 heures des nuits n’existent que pour jouir.
et les 10 heures du jour n’existent que pour jouir
quand les 10 heures des nuits n’existent que pour aimer.
à quoi sert le surplus de 4 heures? à la tendresse.

avez-vous bien compris, alors, pourquoi les figures glacées
insistent au mensonge du temps devenir argent ?

jamais les petits mouvements silencieux et patients
choisiraient la brutalité des heures sans nuits et sans jours.
.
.
.
© mariatoscano. inédito.
Coimbra, (C)AsaVerde, 14-15 Julho / 2014.

POETICS / POÉTIQUE / Poética

poetics 1. 

a bird is a bird is a bird is a black bird.


.

poetics 2
a bird is a bird because of the rose.


.
© maria toscano.
Coimbra, (C)Asa Verde. Julho/2014.
.

07 July 2014

l'exploitation des bottines — 2. [© maria toscano, Julho/2014]


2.
depuis la pluie est revenue.
l'humus, l'amour plus / humide. plus fort.

les bottines interrogent en silence ses contrats de travail légitimes
signés pour la saison des eaux et vents surprenants,
et pendant que la neige tombe.
blanche. froide. forte.
avant les petits chants parmi les branches el les ailes
petites colorés timides.
le bottines s’interrogent en silence
jusqu’au moment, en pensent-elles,
d’interpeler publiquement ses propriétaires,
c’est-à-dire, ces gens-là qui marchent fatiguées,
les têtes flambantes, avec les bottines
— les mêmes bottines — exploités au travail.

on dirait que par sa proximité avec la terre
— au contraire des gens de têtes flambantes —
les bottines savent l’odeur de la terre mouillée
comme préservent le sens de justice.

on dirait que les bottines comprennent mieux
les règles drames mystères
et la densité des jours
jours semaines et mois / qui devraient être d’été
mais se conforment séquestrés par l’hiver.

on dirait de Pascal, Rousseau et Camus:
hommes qui marchaient conscients de ses bottines.

voilà de train impitoyable du temps:
à force de sa lenteur fatiguée,
les gens oublient de changer de saison.
heureusement ses bottines s’arrêtent,
lucides et indignées d’être exploités
du cumul de travail, terre et poussière.

à force de sa lenteur fatiguée
les bottines guident et immobilisent les gens.
et les gens se rallument par la consciente contemplation.
.

.
© maria toscano.
Coimbra. (C)Asa Verde, 2-7 Julho / 2014.
.

03 July 2014

l'exploitation des bottines — 1. [© maria toscano, Julho/2014]

1.

depuis qu'est revenue la pluie
des nuages s'installent au corps
les corps sont devenus fatigués.

cet automne rebelle envahit
et domina squelettes et fénêtres.

loin des armoires 
la lenteur des bottines manifèste sa résistance
fatiguées du travail extra: fatiguées
des heures des fonctions misérables.

aussi les gens: fatiguées 
des heures misère travail.

ainsi émerge cet automne social
au fur et à mesure de notre passivité
en dépit des regards attentifs ou critiques.

depuis que la pluie est revenue
les nuages s'installent au corps
et l'humus, ou l'amour, tièdes et tendres
silencieux explosifs et subversifs
renforcent en silence ses couleurs.

sa flamme soutient tous nos pas.

depuis que la pluie est revenue
l'humus devient plus noir donc, plus humide.

l'amour devient plus humide donc, plus fort.

bottines et gens, à force de sa lenteur fatiguée
se rallument par la consciente contemplation.
.
© maria toscano.
Coimbra. Café-Teatro TAGV/(C)Asa Verde, 1 e 2 Julho / 2014.
Foto: © Isabel Calado, 2013.

06 February 2014

la prosa — © mt 2011


la prosa
.
le duele
en el centro
el poema.
.
.
.
late de extrañas silenciosas pausas
silenciosas palabras en sus entrañas
versos
por venir.
.
.
.
les cunaron
les curaron
en el centro
del dolor
en el centro del poema
.
en la prosa.
.
.
.
maria toscano.
coimbra, casa verde, 13 del febrero del 2011

la maleta solidária, mt in Vitoria-Gasteiz, enero 2014


.
.
todo lo que necesito lo llevo acá
en la maleta solidária.


el adonde voy lo guardo ahí
por entre los pasos que andaré.



todo lo que seré you lo soy ya
junto con la esperanza y la alegría.


todo lo que preciso lo llevo aquí
en el maletín de la amistad.
.
.
.
© maria toscano. Inédito.
InCafe. Vitoria-Gasteiz. 28 enero 2014.
.

24 April 2012

25 del Abril del 2012 — de nosotros, el fado de nuestro tango


.
.
.
me duele tanto el alma
me duelte tanto el viento
que ahorita mismo siento
que me vuelco hacia la calma
hacia el eterno tiempo.
.
me duele el pueblo — !tanto! —
el que los clavéles rojeó
me duele tanto su fado
herido, su miedo anclado
el requebro de lo que amó
que ni sé si es fado o tango
.
no sé si es fado tu fado
no sé si es tango tu danza
pero, sí, sé: eres bravo
en tu abrazo de esperanza
en tu brazo dónde acunas
el niño que a las calles volverá
para colmar los fusiles
con claveles rojos y blancos.
.
maria toscano (podría ser una letra de tango)
Coimbra, Casa Verde, 24 Abril / 2012.
.

09 April 2012

pueda... (Cummings y mt)


.
.
.
"pueda mi corazón estar abierto siempre a los pequeños
pájaros que son los secetos de la vida
sea lo que sea lo que canten supera al conocimiento
y si el hombre cesa de escucharlos se ha hecho viejo"

e.e. cummings
.
derivacción de mt :
.
pueda mi olvido seguir escuchando a los secretos
y siempre abiertos pequeños pájaros que son tu lábios.
.
.
.
otro formato:

pueda mi olvido seguir escuchando
a los secretos y siempre abiertos 
pequeños pájaros que son tu lábios.
.
.
.
maria toscano.
Coimbra, Café Santa Cruz, 9 Abril/2012.
.

eme Loves SorrisosPerfeitos

eme Loves SorrisosPerfeitos
porque saben lo que hacen